top of page

Les INOUÏS du Printemps de Bourges : histoire, fonctionnement et photos des Auditions Régionales

Dernière mise à jour : 15 mars 2022


Si vous ne connaissez pas Le Printemps de Bourges, il s’agit d’un événement français renommé, ouvrant chaque année la saison des festivals, qui a su en plus de quarante ans d’édition devenir un lieu majeur et surtout incontournable de la culture musicale française. On y présente des artistes reconnus dans de grandes salles, mais surtout on permet d’apporter de la lumière et de l’expérience aux talents cachés, singuliers et émergents du territoire francophone, que l’on nomme Les INOUÏS.

L’identité artistique du festival se compose de divers esthétiques musicales entre les artistes déjà confirmés, les talents émergents et les créations originales mises en place sur chaque édition. C’est toute la ville de Bourges qui vit de ce festival chaque année, puisque pendant six jours des centaines d’activités sont proposées en parallèle de la programmation officielle, permettant au public une éducation artistique et culturelle, l’accessibilité, la maîtrise énergétique, la prévention ou encore l’emploi local.


Crédit Photo : Mathieu Foucher


Dans cet article, nous allons nous pencher en particulier sur le célèbre dispositif des INOUÏS, unique et national, qui a su atteindre une audience et un prestige à ce jour inégalés.

INOUÏS : un dispositif national et professionnel dédié à l’émergence artistique

Unique dispositif national de repérage et de sélection de nouveaux talents artistiques, les Inouïs peuvent se traduire comme la “maison d’hôte” des artistes de demain, et promettent un développement et de l’aide à la professionnalisation des projets. Ils font le lien entre les talents et les professionnels de la musique, et incitent la rencontre avec le public. Depuis sa création il est une réussite, dure dans le temps et évolue avec chaque nouveau moyen mis en place pour découvrir et accompagner les petits artistes.

Il y a trois grands piliers indissociables du dispositif qui a été mis en place :

  • Le repérage ainsi que la sélection des talents, c’est une activité à l’année qui comprend l’aide de l’appel à candidatures.

  • L’aide à la diffusion scénique, qui offre la possibilité de jouer dans des salles et des scènes d’envergure nationale avec d’excellentes conditions techniques et professionnelles.

  • L’accompagnement, la formation et les résidences pour les talents. Le lien créé avec les professionnels et les clés misent à leur disposition.


Mais de quoi les INOUÏS ont-ils pu partir pour avoir un système de cette envergure aussi performant aujourd’hui ?


D’un point de vue historique, tout a commencé en même temps que la création du Printemps de Bourges en 1977, il était déjà question de “scènes ouvertes” pour faire participer les jeunes talents inconnus ou singuliers. Il y avait un besoin de répondre à l’absence de lieu d’exposition concernant les artistes qui n’avaient ni accès à la télévision ni à la radio. Avec le succès obtenu par ses scènes, elles sont rapidement appelées par la suite “les tremplins du printemps” mais aussi “les découvertes du printemps” et sont intégrées officiellement à la programmation des éditions qui suivent, les talents étant sélectionnés en amont sur cassettes.


  • En seulement 5 ans le festival a déjà accueilli plus de 128 000 spectateurs et des centaines d’artistes de différents horizons musicaux, le festival s’est développé à un rythme rapide, prenant une ampleur nationale.

  • Les jeunes artistes que le festival avait lancés à son démarrage (Jacques Higelin, Bernard Lavilliers, Renaud…) sont devenus des artistes confirmés. Dans les années 1980, ils ont été rejoints sur scène par des invités prestigieux : Miles Davis, Stevie Wonder, Ray Charles, Frank Zappa

  • Le festival est passé d’entre 1 à 3 antennes en 1985 à aujourd’hui 28 antennes territoriales françaises et francophones (Québec, Suisse, Belgique compris). Et quatre genres musicaux sont principalement représentés depuis les années 2000 : le rock, la chanson, l’électro et le hip-hop.




35 ans plus tard, le dispositif est encore amené à évoluer et devient “les INOUÏS » que nous connaissons aujourd’hui, avec au fur et à mesure de nouveaux moyens et améliorations pour soutenir davantage les jeunes talents (prix décernés, bourses, formations, résidences, stages et tournées).

Les actions du festival et du dispositif sont soutenues par de nombreux professionnels de la musique ainsi que l’ensemble du milieu musical (SACEM, Fonds pour la création musicale, ministères de la culture…), et les INOUÏS font appel à l’aide de plus de 350 professionnels dans tout le processus de découvertes et d’accompagnement des jeunes talents. Le jury et les professionnels qui participent à ce dispositif permettent un état des lieux des artistes en activité sur le territoire mais aussi de repérer des talents même s’ils ne sont pas sélectionnés aux étapes suivantes.

Comme cité plus haut les INOUÏS ont permis à des petits artistes de l’époque de s’affirmer et d’être entendus par un plus large public, leur donnant un coup de pouce monumental dans la carrière qui les a suivi, mais c’est aujourd’hui encore le cas avec ce dispositif pour des artistes de notre génération : Christine and the Queens, Feu! Chatterton, Fauve, Odezenne, Eddy de Pretto…


Et comment se déroule la découverte des talents et leurs mises en avant ?

Le dispositif possède une organisation très minutieuse et découpée en de nombreuses étapes, que nous allons essayer de vous expliquer au mieux.

La première étape est un appel à candidature s’étalant sur trois semaines entre octobre et novembre de chaque année, il s’adresse aux nouveaux artistes, groupes, musiciens, interprètes et compositeurs dans le champ des musiques actuelles, avec quelques conditions à respecter.

La deuxième est la présélection sur écoutes. Dans chaque antenne, un jury composé de professionnels, choisis parmi les candidatures de son territoire, 4 à 8 artistes & groupes qui correspondent aux catégories de musiques actuelles. Sur 3500 candidatures reçues et écoutées chaque année, 150 artistes sont sélectionnés. La troisième se trouve être celle dont nous faisons le reportage photographique aujourd’hui : les auditions régionales. Durant 1 mois, les 150 candidats sélectionnés se produisent sur scène, chacun sur leur antenne, durant 30 min à tour de rôle, devant un public invité à y assister gratuitement. La quatrième et pas des moindres : la sélection nationale. Le jury composé des antennes territoriales, des conseillers artistiques et des programmateurs du Printemps de Bourges se réunissent à Paris pendant 10 jours pour élire les futures INOUÏS. La cinquième enchaîne avec une mise à disposition d’un accompagnement et de la promotion des artistes sélectionnés, pendant 10 semaines ils se préparent via des résidences et formations dans leur territoire. La sixième rejoint la précédente : un stage de structuration professionnelle est proposé en même temps que le festival du Printemps, on leur apprend à ne pas négliger certaines thématiques et outils nécessaires à leur développement, ils gagnent en autonomie et aide à la construction d’une dynamique professionnelle. Ils y rencontrent des professionnels d’édition, du spectacle, du streaming… La septième n’est autre que le festival du Printemps de Bourge en lui-même, où les artistes se produisent devant d’avantages de professionnels, cette fois-ci des tourneurs, programmateurs de festivals, propriétaires de maisons de disques ou des journalistes. Ils nouent un nouveau contact nécessaire au développement de leur carrière. Cette étape est également importante puisque trois prix sont attribués durant le festival, qui vont déterminer un parcours précis pour le trio gagnant : LE PRIX PRINTEMPS DE BOURGES CREDIT MUTUEL – iNOUïS 2022 – LE PRIX DU JURY – iNOUïS 2022 – LE PRIX PUBLIC RIFFX – iNOUïS 2022

Et les étapes suivantes ne sont que la suite logique : Les lauréats des prix INOUÏS sont invités à participer aux différents festivals partenaire de Juin à Août, le mois de Septembre est réservé à la mise en place de résidences pour préparer les prochaine dates (tournées, soirées INOUÏS et concerts de fin d’année), et le mois d’Octobre voit la tournée des INOUÏS sur cinq scènes lives de l’Hexagone, pour se finir en beauté avec la soirée INOUÏS du MaMA Festival à Paris. Pour plus d’informations sur le festival et son histoire nous vous invitons à vous rendre sur reseau-printemps.com ainsi que printemps-bourges.com.


Cet article nous permet également de vous présenter la sélection bretonne des INOUÏS, dont les auditions régionales ont eues lieues samedi 29 Janvier dernier à l’Antipode. 6 artistes aux univers différents, que nous avons écoutés et photographiés, et que nous vous présentons aujourd’hui avec plaisir. Jeanne Bonjour

Jeanne Bonjour est entourée de musique depuis toute petite, très vite elle écrit et joue de la musique pour exprimer ses émotions. Elle prend dans un premier temps des cours de violon, puis se met au piano en autodidacte et pratique par la suite le théâtre au conservatoire. Au milieu de tout ça elle suit son frère, plongé dans le monde du rap, à des premières scènes ouvertes où elle échange avec différents artistes dès qu’elle le peut.

Elle commence à se faire connaître avec des reprises postées sur internet en 2020. Et puis l’ascension arrive lorsqu’elle remporte un tremplin RIFFX pour être à l’Olympia pour la Fête de la Musique 2021 aux côtés de Feu Chatterton, Clara Luciani et London Grammar. Un mois après, elle se produit aux Quartiers d’Été à Rennes et à I’m From Rennes en septembre, en même temps que la sortie de son premier EP. Sélectionnée pour les auditions régionales des INOUÏS peu de temps après, elle remporte un nouveau tremplin RIFFX pour cette fois-ci faire la première partie de Benjamin Biolay en janvier 2022. Elle fût également programmé aux côtés d’artistes eux aussi rennais comme Joanna à l’Antipode ou Victor Solf à la Nouvelle Vague. Nous l’avions reçu dans le cadre de notre émission TALKIZ tout d’abord en interview et puis en Live Session avec deux de ses titres que vous pouvez retrouver ici : https://youtu.be/SH-dvUSSEBY Tallou


Derrière le nom “Tallou” se cachent un duo rennais : Tom Clément et Tallou. Ils se sont rencontrés au lycée et se sont associés pour créer ensemble de la musique, dont ils sont tous les deux passionnés. Tallou est au chant et à l’écrit, tandis que Tom s’occupe de toute la partie instrumentale. Depuis 2019 le duo créent des morceaux de pop urbaine, en s’inspirant de situations qu’ils connaissent. En tant que beatmaker Tom enregistre lui-même les sons qu’il utilise pour la création de leur univers. Ils ont un EP déjà sorti en octobre 2021 intitulé “Roses Nuit”, réalisé entre Rennes et Paris, où l’on retrouve amour, solitude et chagrin pendant une vingtaine de minutes. Ils se produisent dans différents endroits entre Rennes et Paris avant de rejoindre la sélection des INOUÏS. Tallou est fortement inspiré par son frère, JOSIA, qui fait également de la musique et l’incite à réaliser ses rêves et notamment à se produire à ses côtés pour un concert en janvier 2022, juste avant les auditions régionales des INOUÏS. NITEROY

Tiago Ribeiro, en premier lieu interprète, est désormais auteur et compositeur entouré de musiciens et raconte ses amours et son éloignement transcontinental. A 25 ans, le jeune artiste est déjà à son troisième projet musical. En effet tout commence au lycée avec son premier groupe où il joue de l’indie alternatif, avec quelques concerts à leur actif c’est une première expérience bénéfique pour Tiago. Il rencontre en 2015 les autres membres qui forment avec lui le groupe Born Idiot, toujours en activité, qui lui permettra de se professionaliser et de réaliser de nombreuses scènes en France. Jusqu’à ce qu’il se plonge dans ses racines et y découvre les musiques traditionnelles et un nouvel univers qu’il commence déjà à travailler en 2017. Il joue de la guitare, de la basse, du clavier et du synthé, écrit ses textes et monte NITEROY avec Guilherm Frenod, Louis Kuipers, et Kãman Messaadi. Repérés par la suite pour le produire aux Transmusicales, ils se voient proposer un accompagnement musical de deux résidences à l’UBU, réalisent à côté une dizaine de dates au cours de 2021 (l’Ere de Rien, l’UBU, les Champs Libres…). L’EP “Dia de Chuva” est sorti en mai 2021 et se compose de cinq balades bossa nova. Lowdy Williams

Jeune rappeur Finistérien de 29 ans, Lowdy Williams rappe en anglais et sort en 2018 un morceau intitulé “So Confused” qui attire l’œil de deux réalisateurs à l’origine du clip qui sera aux décors américains années 50. Avec la visibilité gagnée par ce clip, il sort son premier EP en octobre 2019 “Lost In Perceptions”, représenté sur scène au Petits Papiers ainsi qu’au 4bis à Rennes. Il est repéré par Cédric Bouchou, le programmateur de I’m From Rennes pour l’édition 2020, malheureusement annulé, mais jouera tout de même en 2021 accompagné de trois musiciens, Jack Bowman, Théo Besnard et Fabien Lahaye, qui l’accompagne également sur son audition des INOUÏS. Son deuxième EP est sorti en 2021 et s’intitule “Red Blossoms”. Il puise ses inspirations dans le Rap US qu’il écoute depuis petit, et se met à rapper en anglais après justement un voyage aux Etats Unis qui l’a beaucoup imprégné. Il écrit sa musique par thème et suit un fil conducteur pour chacun de ses projets. Il aime le rap américain moqueur mais également introspectif et sombre.

Fauxx

Joachim Blanchet et Jean-Baptiste Tronel forment le duo briochin Fauxx, créateurs de musique extrême et expérimentale, jouant entre l’asymétrie des sonorités organiques et synthétiques pour offrir une musique hybride. Bien que leur premier album soit sorti en 2021 et que les deux jeunes soient des musiciens expérimentés, ils n’ont cependant pas eu l’occasion d’exercer ce projet en particulier sur scène. Cependant Bonjour Minuit leur a fait profiter de plusieurs résidences pour travailler sur ce projet. L’un est inspiré par le black et le death metal, s’initie aux musiques électroniques et expérimentales en produisant de la MAO, et l’autre vient de la scène punk hardcore et est membre du groupe Tagada Jones depuis plus de dix ans. Connaissances depuis plusieurs années, ils se décident à fonder Fauxx en 2017, en gardant à l’esprit qu’ils aimeraient rester un duo pour plus de facilité de composition et de direction artistique propre à chacun d’entre eux. Le groupe est un exutoire ainsi qu’un défi pour sortir de leur zone de confort.

Earl Nest


Earl Nest, de son vrai nom Charles Genestoux, est un jeune artiste de 30 ans originaire de Dinan. Producteur de musiques électroniques, il est déjà bien connu de la scène rennaise, sur laquelle il travaille depuis une dizaine d’années. Multi-instrumentiste autonome, il a déjà signé sous plusieurs labels, amateur de raves, il sort régulièrement des projets et est membre du collectif Mikrokosm. C’est en arrivant à Rennes qu’il découvre toutes les possibilités que la musique électronique a à offrir, la culture rave et les teufs. Il se lance très rapidement dans la musique grâce à ceux qui l’entourent, et devient un musicien à l’aise en live. Il joue de différents styles : rock, footwork, funk, il y ajoute des instruments et des voix pour finir par même y poser la sienne. Pour les INOUÏS, il était accompagné de Erwan Tehel et Quentin Brard du collectif YMCA pour présenter un live audiovisuel projeté durant la performance. Ils utilisent un logiciel appelé Smode, permettant de lier les éléments musicaux à des visuels générés en temps réel, créant une atmosphère et une nouvelle vision permettant au spectateur de s’immerger au plus profond de la musique.



Lia Goarand, Le P'tit Rennais




Cet article est le premier que nous publions dans le cadre du partenariat fraîchement établi de l'Arespublica avec Le P'tit Rennais, média dédié aux actualités artistiques et culturelles de la ville de Rennes. Cette collaboration nous permet de vous proposer des contenus plus variés, et vice-versa pour Le P'tit Rennais, qui pourra diffuser certains articles des étudiants-rédacteurs alimentant en beauté chaque semaine l'Arespublica.




119 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page