top of page

Quand les stars du ballon rond rencontrent la politique

Dernière mise à jour : 27 sept. 2020



La carrière des footballeurs s’arrête aux alentours de la trentaine. Que faire une fois arrivé à la retraite ? Certains ont fait le choix de se lancer en politique en temps que personnage politique, d’autres en partageant leurs positions et leurs convictions.

Tout d’abord des anciens joueurs ainsi que des entraîneurs ne vont pas manquer d’exprimer leur avis sur des politiques en cours dans leur pays. C’est le cas de Pep Guardiola ancien joueur de foot devenu entraîneur en 2008. Actuellement entraîneur de Manchester City, il n’en oublie pas moins ses racines catalanes. Fervent soutien des indépendantistes catalans il va jusqu’à se présenter en 2015 aux élections régionales sur leur liste. Il plaide alors en faveur du référendum et appelle au soutien de la communauté internationale. Le référendum du 1er octobre 2017 a été jugé illégal par le tribunal constitutionnel espagnol et a donné lieu à de nombreuses arrestations de leaders indépendantistes. C’est en soutien à ces indépendantistes catalans incarcérés que Pep Guardiola va porter lors des matchs et des conférences de presse un ruban jaune. En affichant son soutien politique, l’entraîneur fait l’objet d’une procédure disciplinaire.

En France, d’autres anciens joueurs vont se mobiliser, notamment lors des élections présidentielles.

C’est sous la forme de mise en garde contre le FN que Zinédine Zidane intervient dans la politique. En 2002, déjà il prévient des « conséquences très graves » d’un vote FN, propos qu’il réitère à la dernière présidentielle de 2017.

De plus un autre ancien joueur, attaquant à Manchester United, a donné de sa personne pour mobiliser les politiques. Eric Cantona en 2012 va s’associer à la Fondation Abbé Pierre afin de mobiliser les candidats sur le mal logement. Pour cela il cherche auprès des maires les 500 signatures pour se présenter à l’élection présidentielle.

Certaines anciennes stars du ballon rond vont aller au-delà de la simple prise de position politique en occupant des postes exécutifs ou législatifs dans leurs pays.

Ballon d’or en 1995, George Weah, après sa carrière sportive va venir embrasser la politique dans son pays d’origine le Liberia. En 2005 le pays sort d’une guerre civile, des élections présidentielles sont organisées où Weah se présente sous l’étiquette du parti qu’il crée : Congress for Democratic change (CDC). Ce parti qui se présente comme conservateur social et libéral économique ne va pas connaître au départ un succès, Weah perd l’élection de 2005. Il est élu sénateur en 2012 et en 2017 il remporte les présidentielles avec 61,5 % des voix. Dans son programme il promet de rendre le pays autonome sur le plan agricole et de rénover les infrastructures du pays.

Sans aller jusqu’à gouverner leur pays d’origine, d’autres joueurs vont se voir attribuer des ministères. C’est le cas de Kakhaber Kaladze joueur au Milan AC de 2001 à 2010.

Considéré comme le meilleur joueur géorgien, il se reconvertit en politique en 2012. Il sera à la tête de la coalition « Rêve Géorgien », un parti favorable à une économie libérale et à un rapprochement avec l’Occident, l’OTAN et l’UE. Le parti se déclare de centre gauche.

Pour donner un autre exemple de joueur devenu ministre nous pouvons citer Pele. Champion du monde avec le Brésil en 1958, 1962 et 1970 il met fin à sa carrière en 1977 et devient pendant 4 ans ministre des sports dans le gouvernement de Fernando Henrique Causodo. Il a été par la suite nommé Champion de l'UNESCO pour le sport en avril 1994, en reconnaissance de son engagement exceptionnel à promouvoir le sport et à aider les enfants défavorisés.

Toujours au Brésil, l’ancien joueur du FC Barcelone aussi champion du monde en 1994 (il est nommé meilleur joueur), Romario de Souza Faria fut dès la fin de sa carrière très investi en politique.

Membre du parti socialiste brésilien il est élu député fédéral en 2010 puis sénateur fédéral en 2014.

Il va faire de sa vie personnelle son combat en faveur des droits des handicapés (sa fille est atteinte de trisomie 21).

Il propose plusieurs amendements qui vont permettre de relever les minimas sociaux des familles modestes ayant à leur charge une personne handicapée ou âgée. Ainsi qu’un autre encourageant les entreprises à employer des apprentis victimes d’handicap.

Mais le succès politique n’est pas au rendez vous pour tout ceux qui s’engagent en politique.

Andrei Schevchenko ancien de l’AC Milan termine sa carrière sur le terrain en 2012 pour se lancer en politique. Il crée son parti « En avant l’Ukraine » qui se place dans l’opposition en défendant l’intérêt des entreprises. Il ne recueille que 2 % des voix aux législatives ce qui ne lui permet pas de faire rentrer son parti au parlement.


Briac Le Damany , Pauline Ramos

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page